lundi 22 octobre 2012

Emmanuelle et Fantômette: comment je suis devenue féministe

photo internet
 

Il y a quelques jours, Sylvia Kristel, l'actrice d'Emmanuelle est morte. Aujourd'hui, on apprend le décès du Papa de Fantômette, Georges Chaulet...
Deux références marquantes pour la petite fille que j'étais dans les années 80 (avec un tel prénom, j'ai pris conscience plus vite que les autres petites filles ce que les "fantasmes" étaient aux petits garçons...).

Je ne vais pas faire le parallèle ou l'opposition de l'une ou l'autre. Ça serait vain, elles ne se ressemblent pas. Elles ne s'opposent pas non plus.
Emmanuelle et Fantômette faisaient rêver. Elles étaient libres. Elles osaient.

photo internet




Avant que je ne découvre Simone de Beauvoir, l'été de mes 15 ans en 1991, je savais déjà quelle voie je souhaitais prendre: celle d'une femme active, intelligente, libre et autonome!

Bon, je dois reconnaître que très vite je me suis sentie plus Fantômette qu'Emmanuelle (finalement signe d'un développement équilibré, non?). Fantômette était une petite héroïne masquée de la collection Bibliothèque Rose, celle que l'on s'offrait entre copines aux goûters d'anniversaire. Fantômette était une silhouette gracile de petite fille en justaucorps jaune, bonnet à pompon, masque noir, ballerines rouges et cape noire.
Emmanuelle en revanche, si je savais qu'elle existait, était une "femme", une femme invisible, mystérieuse et fascinante dont il me tardait d'en savoir plus.

Ainsi, convaincue assez tôt que pour se défendre dans un monde de garçons, il faut user d'abord de son intelligence et de son humour, et ensuite de ses charmes, l'identification à Fantômette pour moi paraissait évidente!

Fantômette était française (Emmanuelle aussi...). Elle s'appelait Françoise. Elle allait à l'école, elle était bonne élève et adorait lire. Tout le monde ignorait sa double vie de justicière masquée, même ses meilleures amies, Ficelle et Boulotte.  Elle parlait plein de langues. C'était presque moi, à deux détails près: j'étais nulle en sport et je n'avais pas de double vie.

Depuis, mon côté Emmanuelle s'est épanoui, j'adore le sport et je suis à mon tour devenue une femme (fatale, insaisissable et fascinante bien sûr).  

Je ne mène toujours pas de double vie, mais j'ai trouvé ma place dans un monde de garçons.

Et je me sens toujours comme à 8 ans, une justicière. J'aime bien l'idée. Ça me définit bien.





4 commentaires:

  1. Não conhecia essa personagem! que demais! Adoro essas coisinhas simples e culturais que fazem parte da historia de cada um... hoje eu falei com o meu Sandro que o Pica-pau de antigamente faz parte da minha história! hahahah Beijus!!

    RépondreSupprimer
  2. Andreia, se você fala do cosplay da Fantômette, ta ja combinadissimo!!! se você fala do cosplay da Emmanuelle, tem que conversar com o meu marido! Estou feliz que você gostou!!! Beijos minha linda!!! e me manda o convite pelo proximo cosplay!!!

    RépondreSupprimer
  3. A Fantômette eu até ajudo a fazer a fantasia, mas cosplay da Emmanuelle dos filmes, só no meu Cine completamente privê, ou seja, só pra mim :)

    RépondreSupprimer