mardi 5 mars 2013

Comment je survis à mon rôle de ménagère de moins de 50 ans...brésilienne


Texte dédié à toutes les femmes sans aide ménagère, et aux femmes de ménage brésiliennes, dont je ne connais le secret pour supporter la chaleur tout en prenant soin de la maison des autres.
à Rosita.

Je vais tout simplement vous raconter ma propre histoire. Et plus spécialement, ma vie de maîtresse de maison au Brésil. Et ce n'est pas rien. C'est un vrai statut ici. En tant que femme mariée au Brésil, je ne suis pas juste "Emmanuelle" mais "Dona Emmanuelle". Je suis la "Dona da casa", la "Dona do lar", c'est à dire celle qui préside à l'organisation de la maisonnée et de la famille. Je représente la famille, je suis la garante de sa crédibilité. J'engage la réputation de mon foyer à l'extérieur.

Pour la famille, c'est facile, nous sommes deux.
Pour la maisonnée, ça va...on a un petit appart...

Et pourtant, ce n'est pas si simple. Je suis une maîtresse de maison, mais sans employée de maison: je préside aux tâches ménagères, mais je les exécute aussi. Fait rare au Brésil car la plupart des familles de classe moyenne embauche une femme de ménage qui vient une ou plusieurs fois par semaine: cette pratique est beaucoup plus répandue et acceptée socialement qu'en France et jusqu'à très récemment n'apportait qu'une faible protection juridique, sociale et salariale au employées.
En France, je faisais partie de ces privilégiés qui contribuait à la création d'emploi et de lien social, en confiant mon appartement une fois par semaine à Muriel, ma bonne fée, mon ange gardien, embauchée par une association, bénéficiant d'une assurance, de formations, de vacances...

Au Brésil, retour donc à la case départ...Alors comment donc concilier ma fonction de "Dona de casa" avec celle de fée du logis, dans ce pays où la température moyenne annuelle est de 33°?
L'analyse de ma propre situation me rend proche de celles qui font ça tous les jours dans leur maison ou dans la maison des autres, souvent sans reconnaissance.  Ces armées de l'ombre malheureusement dévalorisées la plupart du temps. Mon expérience, traitée sur le plan humoristique et qui sera limitée dans le temps, m'a permis de prendre conscience de la pénibilité du travail des ménagères brésiliennes et "faxineiras" pourtant objets de réclamations et de moqueries.  Comment font-elles en rentrant dans leur propre maison? Comment font toutes les femmes de ménage qui se suent toute la journée à nettoyer la maison des autres? 

Pour  moi, mon allié 24H/24 pour concilier la nécessité d'entretenir la maison, de travailler un peu, de prendre soin de moi, de mon mari et pour continuer à avoir une vie sociale, s'appelle...la DOUCHE!
Dans les faits, prendre une douche c'est plutôt "se mouiller" la tête et le corps pour se rafraîchir!
La douche ici a trois options: été, hiver et eau froide.
Elle est programmée en permanence sur le programme "eau froide", mais celle-ci sort, tiède, plus chaude que la Mer du Nord en tout cas. 

Voici en exclusivité comment se déroule MA journée type de maîtresse de maison au Brésil. Elle n'est pas représentative de la vie d'une maîtresse de maison "type" ni d'une femme de ménage "type"...mais ça ne doit pas en être très loin!

7H00: lever. Il fait déjà chaud. Petit déj léger. Je prends une douche.

7H30-9H30: séance de sport, cardio et musculation. En nage et en sueur, au retour, je prends une douche.

10H- 10H45: je fais le ménage, je balaie. C'est très salissant. l'appartement est comme une étuve. J'enchaîne sur la lessive, étendre, plier, ranger le linge...De la transpiration perle sur mon front, mes jambes... je prends une douche.

11H00-11H45: je lis mes mails, je fais ma revue de presse, je suis l'actualité, je prépare mes articles et mes traductions. Le soleil tape. Ça me donne chaud, ça colle, j'attire les moustiques...je prends une douche.

12H-12H30: je vais faire les courses quotidiennes au petit supermarché. Je reviens avec mes sacs, je marche sous le soleil, ça tape, je suis toute rouge, ça dégouline. En rentrant...je prends une douche.

12H45-13H15: préparation du repas. Je suis aux fourneaux, 2, 3 ou 4 feux allumés, un four...c'est insupportable, mon mari ne va pas tarder à rentrer...il faut que j'aille prendre une douche.

13H30- 14H30: mon mari est là, on mange, on discute. Il repart bosser. Je fais la vaisselle. Je me prépare à sortir pour donner mes cours de français. Il faut que je sois fraîche, présentable. Je représente la France, le chic et l'élégance. Alors là, ça s'impose: je prends une douche.

14H45-15H: je me rends chez mes élèves. Sous le soleil, ça tape, je suis toute rouge, ça dégouline...mais je ne peux pas prendre de douche.

15H- 17H: je suis avec mes élèves, on est au frais, tout va bien.... Vêtements brésiliens spécial aération et Sainte Rexona parfum Bambou: merci pour tout!

17H-17H15: retour à la maison sous le soleil, ça tape, je suis toute rouge, ça dégouline...je prends une douche.

17H30-18H: je lis, je lis mes mails, je discute sur Skype, je prends un petit goûter...mais je me prépare à aller donner un autre cours...pour être sûre d'être totalement fraîche (je représente la France, le chic, l'élégance)...ben...je prends une douche.

18H15-19H: je suis dans le bus, on est serrés, ça sent un peu la transpiration des autres...la mienne? c'est terrible, je me sens fondre, je suis liquide, je suis devenue un genre de gelée toute molle...je dois encore marcher...j'arrive...sourire fatal qui fait oublier le reste...

19H-20H: On est en cours...Vêtements brésiliens anti-transpirants et Sainte-Rexona, merci pour tout

20H15-21H: retour en bus, je suis persuadée d'attirer tous genres de mouches, je sens comme une envie pressante de me rafraîchir...j'arrive à la maison....AHHHHHHHHHHHHHHH: la DOUCHE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

21H: la Novela Salve Jorge commence; entre les pubs, je cuisine....Est-ce le suspens incroyable de la vie de la pauvre Morena, brésilienne trafiquée comme prostituée en Turquie qui me donne de telles sueurs? plutôt les 4 feux allumés...avant de passer à table, un petite douche....histoire d'être présentable!

22H30: le dîner est fini, la journée est terminée, la nuit peut commencer dans des draps frais...ah, petit détail: pour mieux en profiter, rien de tel que de se savonner!!!

....

3H00 du matin: chaleur lourde, pas de climatisation, un ventilo faiblard...ça me provoque des cauchemars...je me réveille, je vais me rafraîchir...allez, juste une petite douche...promis, c'est la dernière!!!!

PS: j'ai peut-être un petit peu exagéré...mais au moins vous comprenez pourquoi les Français ont la réputation de ne "JAMAIS" se laver!!!!!!!!!!!!!!!

P-PS: et avec tout ça, y en a qui sont pressés que je fasse des enfants!




4 commentaires:

  1. Hahahahaha! C'est pas facile, hein? Un jour, j'écrirai peut-être une chronique à propos d'une journée de plein hiver, avec tous les détails cruels et, je l'espère bien, au moins une douche... si j'en ai le courage !

    RépondreSupprimer
  2. Manuuuuuuuuuuuuu... além da sensibilidade INCRÍVEL contida nesse "diário" (rsrs), o tom de humor atendeu perfeitamente sua intenção!
    Eu ri, ri demais. Afinal, só rindo (como vc disse num momento do texto: "Eu ainda ando ... Eu posso sorrir ... que é fatal para esquecer o resto ..") pra esquecer esse calor e essas realidades tristes do Brasil.
    Obrigado por acrescentar positivamente o nosso país Manu!
    ^^
    Grande beijoooooooo!!!

    :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nossa!!! você fala bem francês bem o suficiente pra entender meus sarcasmos!!!!
      Muito maneiro!

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer