mardi 27 novembre 2012

Une caméra cachée brésilienne épouvantable!

Ce matin, vous postulez à un boulot. Vous êtes un peu tendu de passer l'entretien.
Vous prenez l'ascenseur.
La lumière clignote, puis s'éteint, la panne.
La lumière se rallume et une petite fille est plantée là, venue de nulle part, hirsute et tenant sa peluche contre elle.
Elle hurle.

L'effroi...

Cette scène digne d'un film d'horreur a été vécue par des Brésiliens pris au piège par Silvio Santos pour son émission de télé de la chaîne SBT.


Sans pitié, et pourtant un grand classique de la caméra cachée.

Maintenant que la vidéo fait le buzz à l'étranger avec plus de 10 millions de visionnages, de nombreux sont les internautes qui réagissent.
Et il n'y a pas que des compliments sur la mise en scène, simple et efficace.

Le net est inondé aussi de protestations d'internautes qui alertent les auteurs des risques qu'ils ont fait courir aux candidats (risques de crise cardiaque) mais aussi à la petite fille. Et oui, ici on est au Brésil, et tout le monde est d'une hyper-prudence par rapport aux attitudes imprévisibles de certains: réactions violentes, attaque armée ...

La polémique ne s'arrête pas là, car un de figurants, comédien, a déclaré à un journal brésilien avoir été payé pour jouer dans le sketch, comme l'ensemble des personnes piégées.




Fille qui fait peur dans un ascenseur par Spi0n klmk klk

3 commentaires:

  1. Tu as vu celui-ci : http://www.youtube.com/watch?v=i3PhsAgnu-E

    RépondreSupprimer
  2. J'ai eu peur que ceci fasse rire mon ami brésilien. Par chance il n'en fut rien.
    Pour moi le degré zéro de la connerie. Je me demande si on demande aux brésiliens s'ils veulent être vus à la télévision car à leur place j'aurais refusé pour ne pas cautionner ces idées débiles.
    En plus les rires rajoutés. On est pas perdu avec les mêmes recettes françaises (internationales)d'abrutissement.
    Sinon un souvenir personnel. J'allais voir un spectacle un soir à Sao Paulo et je m'étais un peu perdu pour le chemin. A un moment j'ai demandé celui-ci ( avec mon très petit vocabulaire) et alors que je m'exprimais avec calme et politesse, je n'avais pas fait attention que j'étais dans un endroit mal éclairé.
    Il s'agissait de deux femmes et l'une d'entre elle a cru effectivement que je tentais de les agresser. J'ai vu dans mes yeux comment pour un évènement totalement anodin, j'avais terrorisé cette personne.
    Je ne l'oublierais jamais.
    Mon ami brésilien s'est lui fait braquer à un carrefour. C'est quelqu'un de très fort moralement. Eh bien il lui a fallu plusieurs années pour s'en remettre et toujours à ce jour je vois bien qu'il reste sur ses gardes.

    RépondreSupprimer