lundi 29 octobre 2012

Le Brésil, une démocratie qui fait du bruit!



Hier, les électeurs brésiliens se sont rendus aux urnes (électroniques) pour le deuxième tour de l’élection des maires.
Dans cette démocratie encore récente, née de la chute de la dictature militaire dans les années 80, les élections municipales sont riches d’enseignements.

Une campagne pénible et frustrante

Ce deuxième tour des élections marque surtout la fin d’un tintamarre incroyable, d’un boucan sans nom, d’un bordel acoustique inégalé! L’élection du maire signifie pour beaucoup un retour à la normalité, parfois même, à la tranquillité!

En effet, depuis fin août, la propagande politique s’était installée partout : slogans publicitaires à la télévision (ici les candidats paient pour des espaces publicitaires radiophoniques et télévisuels), flyers, affiches géantes, affiches sur les façades des particuliers, les balcons, les voitures, marketing téléphonique. 

Mais par-dessus tout, ce qui caractérise une campagne électorale au Brésil, c’est le bruit ! Insolent, polluant, il nous réveille tôt le dimanche matin, réveille les bébés pendant la sieste, et nous empêche de nous entendre. Impossible de trouver un charme quelconque à cette spécialité brésilienne, intrusive et dérangeante !
Les enceintes, installées sur les toits des véhicules, des bicyclettes ou parfois sur des camions plateformes comme ceux du carnaval, hurlent slogans et musiques partisanes. Ces musiques parfois sont des musiques originales et parfois sont des reprises de grands tubes de samba, de pagode ou de forro.

Le plus curieux, c’est que les citoyens se plaignent de la saleté et de la pollution générée par la campagne. Au bureau de vote, nous avons rencontré une dame, d’un milieu populaire, déclarer voter pour celui qui avait fait le moins de bruit et le moins de saleté dans la rue.

De mon côté, j’ai eu l’occasion de discuter avec un candidat au poste de conseiller municipal de mon quartier. Et, l’interrogeant sur le bruit et lui indiquant que beaucoup de gens se plaignent, il m’a juste répondu « Ah mais c’est ça le Brésil ! C’est comme ça ! ». Affligeant. D’autant plus que celui-ci a été élu.
Pour ceux à qui la salsa de Marcelão, 13123 Vereador Marcelão manquerait, je l'ai retrouvé:

 

Et c’est sans parler du contenu des slogans eux-mêmes, plutôt affligeants et généralement sans référence ni idéologique ni à un programme. Ceci s’explique par la très forte personnalisation de la politique au Brésil, les candidats s’engageant sur leur personnalité d’une part, et le système électoral favorisant des pratiques quasiment clientélistes. Dans un pays où les enjeux de politique publique sont énormes, où la gouvernance locale multi-niveaux n’est qu’à ses débuts, et où les stratégies de développement local sont à peine esquissées, les slogans malheureusement sont réduits à des messages publicitaires. A Vitoria, on a eu le choix entre Vitoria mudança (Vitoria changement) ou Vitoricheiadevida (Vitoriapleinedevie…en un mot).







Pour être plus exacte, et pour ne pas tomber dans les généralités les plus basses, il faut rappeler que le système des élections municipales est à deux niveaux. Alors qu’en France nous votons pour une équipe, affiliée à un parti, à une idéologie et à un programme, qui sera chargée d’élire le maire (élu donc au suffrage universel indirect), au Brésil le maire et le vice-maire sont élus au suffrage universel direct au scrutin uninominal majoritaire à deux tours. Ils représentent le pouvoir exécutif. Les conseillers municipaux, les vereadores, représentent le pouvoir législatif et sont élus par un scrutin proportionnel de liste ouverte. Il n’y a qu’un seul tour et sont élus ceux qui font l’objet du plus grand pourcentage de votes.

Toutefois, le nombre de candidats aux postes de vereadores est énorme, les candidatures sont plus loufoques les unes que les autres, les candidats moins préparés les uns que les autres. A Aracaju dans le Nordeste, 8 candidats sur 428 sont déguisés pour attirer l'attention. On y trouve notamment Batman, Robin et un Ben Laden ressuscité. Tous PSDB, la droite! Au moins, ils auront permis de faire connaître Aracaju au monde entier!

 

A Vitoria, les vereadores ont été élus sur la base de scores n’atteignant parfois même pas 5% des voix ! Peut-on dans ce cas parler de démocratie représentative ?
Autre signe de la personnalisation du scrutin, c’est cette habitude brésilienne à designer les candidats par leurs prénoms. A Vitoria, ce sont les candidats vereadores Marcelão ou Davy. Les candidats maires Iriny, Luciano ou Luiz Paulo.
Les candidats eux-mêmes s’ingénient à personnaliser la relation avec leurs électeurs : interpellations au marché, appels téléphoniques, envois de sms, discussions avec les citoyens, mais aussi enrôlement dans la campagne (contre rémunération! on a pu ainsi voir des dizaines de porte-drapeaux se tenir debout le long des avenues, des autoroutes ou aux carrefours, en plein soleil et en pleine chaleur !), et parfois promesses de rétribution en nature ou sonante et trébuchante !
Ça m’est arrivé au marché, lorsqu’une dame s’est jetée sur moi : « Tu vas voter pour moi ? je peux t’acheter ton vote ! ».
Avec mon plus beau sourire, je lui ai répondu que ça ne m’intéressait pas, étant française et non-électrice ! Elle a tourné les talons, sans me saluer…

Le vote lui-même mérite quelques lignes. Au Brésil, comme en Belgique, le vote est obligatoire. Il a été mis en place en 1934 pour lutter contre des taux importants d’abstention. Il s’applique à tous,  sauf aux personnes entre 16 et 18 ans ou de plus de 70 ans, ainsi que pour les analphabètes pour lesquels il est facultatif. L’amende à payer pour ceux qui manquent à leur devoir citoyen représente entre 5 et 20% du salaire minimum. Le vote obligatoire a permis de maintenir des taux d’abstention autour de 20% aux élections présidentielles entre 1994 et 2002. Pour les brésiliens domiciliés à l’étranger, le vote n’est obligatoire que pour les élections présidentielles.
Ensuite, ici les urnes sont électroniques : pour voter, on se dirige non pas dans un isoloir où on glisse un papier dans une enveloppe (ça serait trop long à dépouiller dans un pays de 140 millions d’électeurs) mais dans un genre de cabine de téléphone. Il suffit de composer le numéro du candidat (chaque parti à un numéro et chaque candidat a un numéro) choisi sur un clavier. Sa photo, son nom et le signe du parti apparaissent sur l’écran. L’électeur doit vérifier les informations, puis confirmer son vote. Un système d’annulation du vote permet de voter blanc.


photo internet


Résultats à Vitoria, Rio de Janeiro et São Paulo

Les enjeux et résultats des scrutins ne sont pas forcément le reflet de dynamiques nationales. Un nombre très élevé de partis politiques se disputent les postes législatifs et exécutifs, obligeant à des alliances qui n’ont souvent rien à voir avec l’idéologie des partis portée au niveau national. Il semblerait toutefois que cette tendance soit en diminution, et que les candidats comme les électeurs suivent une ligne idéologique. C’est vrai surtout pour les électeurs du PT (ou du PDT dans la région de Rio, région historique du gouverneur toujours très populaire Brizola où l’idéologie de gauche maintient sa place dans les débats).

Pour ce qui concerne le résultat de Vitoria, il faut savoir qu’on avait le choix au deuxième tour entre un ancien maire PSDB (la droite) dont la candidature avait été refusée par le tribunal électoral, Luiz Paulo et un ancien adjoint au maire de celui-ci, ayant reçu l'appui d'un prédicateur évangéliste controversé, le PPS Luciano.
Entre les noms d’oiseaux, les insultes, seul le premier malheureusement avait esquissé un semblant de programme (notamment désigner des maires de quartier, mettre en place des politiques de développement intégrées et coordonnées, refaire le plan local d’urbanisme) et l’autre s’était perdu dans des généralités sur la démocratie participative et le travail avec les communautés. Les habitants de Vitoria ont pourtant fait le choix d’aller de l’avant, de ne pas rappeler l'homme du passé et Luciano a été élu avec 52,73% des voix.

Le nouveau maire, de son nom complet Luciano Rezende va constituer son équipe exécutive dans les prochains jours, avec cette particularité que, en principe, les poste d’exécutif sont confiés à des membres de la société civile, et non au conseillers municipaux comme c’est le cas en France). Sans a priori pour le moment, je constate juste l'absence de propositions en matière d'urbanisme et de stratégie territoriale. Dommage.

A Rio, Eduardo Paes a été réélu dès le premier tour, envoyant ainsi un sérieux message de confiance aux partenaires internationaux et investisseurs liés aux grands projets (Coupe du Monde de Foot 2014 et Jeux Olympiques 2016). Paes dispose donc de 4 ans pour mener à bien les grands chantiers.
A Sao Paolo c’est Haddad, le candidat de Lula et de Dilma Rousseff qui a été élu. A 49 ans, cet ancien ministre de l’éducation fait la nique au vieux Serra, 70 ans, qui se prend une nouvelle défaite après son échec aux élections présidentielles face à Dilma Rousseff.

Globalement, dans tout le Brésil, le PT ne semble pas avoir souffert du scandale de Mensalão, qui met en cause d'anciens ministres de Lula. Le PT se conforte comme le troisième parti local, et gagne un certain nombre de postes exécutifs.

Pour conclure, quelques notes d'espoir. La campagne municipale a fait l'objet de nombreux débats entre les Brésiliens. Et contrairement à la France, ce sont des débats où les gens s'écoutent! On a constaté une très forte demande des citoyens tant sur les modalités de la campagne (interdire le bruit, les papiers sur la voie publique, le marketing téléphonique) que sur la nature des engagements des candidats (demande de visibilité des programmes et des moyens de mise en œuvre). Mais le Brésil est une jeune démocratie, c'est encore un grand laboratoire à l'échelle de ce pays de 140 millions d'électeurs!

3 commentaires:

  1. Très bon texte, qui dresse un panorama de notre système électoral. Je rajouterais simplement que, pour les postes du législatif, nous avons un fonctionnement un peu obscur basé sur ce qu'on appelle le quotient électoral. C'est difficile à comprendre et pas vraiment la peine d'expliquer, mais toujours est-il qu'en fonction de ce système, des candidats peuvent être élus tout en ayant reçu moins de voix que certains de leurs concurrents : en effet, cela se produit parce que leurs coalitions ont obtenu une plus grande proportion du montant global de votes. C'est peut-être une explication pour la prolifération de candidats caricaturaux...

    RépondreSupprimer
  2. C'est triste et honteux de penser qu'une étrangere en sait plus au sujet de notre cadre-politique que presque toute la population.. Félicitations pour votre blog, très bon!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lilian. Bon, la politique c'est un peu ma spécialité, il n'y a pas de honte à avoir! Je crois malheureusement que la dépolitisation des esprits est un phénomène mondial. Mais vous savez, je rencontre chaque jour au Brésil des gens avec une très forte conscience politique, des gens engagés dans la défense de leurs idées, ou des actions concrètes. Je trouve ça très encourageant...En France, on a perdu ça je trouve, la démocratie est en sommeil, avec tous les résultats terribles que cela donne aujourd'hui. Etre au Brésil réveille mon idéal politique. C'est super positif!!!

      Supprimer